Entraînements pour le Sun Trip Tour 2019

Dans la perspective du Sun Trip Tour en juillet 2019 :

  • en mai : premières sorties tests pour faire émerger les éventuelles fragilités de conception, apporter des améliorations qui seront ensuite testées à leur tour (~1000 km environ).
  • en juin : longs parcours pour entraîner le cycliste et éprouver la machine (~2600 km environ).

Ver en pantalla completa

Voir en plein écran

DateGPSDist.
km
Déniv+
m
Durée
H : mn
Vitesse
km/h
Conso
Wh/km
Prod
Wh
20-0617 !!!320:3925,84,4
24
19-0619720807:1127,44,51082
18-0612213554:1029,35,51123
17-0616127136:2625,05,11108
16-061543665:0130,63,6976
15-0615012005:5025,74,51067
14-0614215274:5828,55,41174
13-061453455:2127,13,6663
12-061729326:3526,32,6538
11-061387955:4424,02,6874
10-0610411854:5021,54,2718
09-0617216327:3322,82,7498
08-0613015424:3228,75,81003
07-061309075:1125,03,8311
06-061239854:3726,64,4926
05-0612612455:1823,84,2630
04-0617213204:5534,94,41147
03-061477534:5729,73,9747
02-0611011503:3231,05,3
23-05273700:5728,05,5-
18-051146333:5431,03,2-
15-05784952:0636,94,9-
13-0520320606:3431,04,2-
02-0611011503:3231,05,3
23-05273700:5728,05,5-
18-051146333:5431,03,2-
15-05

784952:0636,94,9-
13-0520320606:3431,04,2-

De Martigny à Lausanne, euuuh… non… finalement à St-Maurice

Préparation au Sun Trip Tour – 20 juin
J’avais prévu de terminer ce périple à Lausanne où je prendrais le train pour rentrer chez moi. Ce matin, il me reste 70 km à parcourir, de Martigny à Lausanne, essentiellement sur des pistes cyclables. Cool !
Mais rien ne se passera comme prévu !
Je me réveille vers 5h30, je fais un peu de montage vidéo mais je m’assoupis et me réveille à 8h15. Zut, il faut que je me dépêche ! Et j’avais pensé charger ma batterie de 250 et 300Wh comme chaque matin. Mais ce matin, c’est impossible: le ciel est désespérément gris!
Je range tout très rapidement et je pars, je pédale fort. Mais le ciel s’obscurcit, puis la pluie s’annonce, insiste, se fait de plus en plus présente. Je persiste. Bientôt, le vent s’en mêle, il m’affronte de face. Décidément, les éléments se sont ligués contre moi, ce matin !

OK, OK, d’accord, je rends les armes, je n’aurai parcouru que 18 km ce matin.
Mais bon, après 2500km parcourus au coeur de tant de paysages merveilleux, pourquoi m’acharner à faire avec déplaisir ces 50 derniers kilomètres ? Je cherche alors une gare: ce sera celle de Saint-Maurice.
Mais à la gare, point de guichet; je bataille alors contre un distributeur de billet de train qui s’obstine à refuser ma carte bleue de pauvre français. Heureusement, un bankomat plus serviable me délivre des Francs suisses. Ouf, je peux acheter mon billet.

Arrivé à Lausanne, nouvelles difficultés: je demande aux passants de m’indiquer un supermarché mais leur réaction me stupéfie : ils me fuient comme si j’allais les agresser, incroyable ! Heureusement, après 8 tentatives infructueuses, un homme qui a vu la scène de loin s’approche de moi et me donne le précieux renseignement.
Je file, et une course contre la montre s’installe: je dois absolument acheter des sacs poubelles de 100 litres et du gros scotch. C’est mon passeport pour monter dans le train. En effet, les vélos montent sans peine dans les trains régionaux, comme dans le TER en France, mais présentement, je dois prendre un TGV Lyria où les vélos sont exclus, à moins d’être emballés dans une housse.

Je reviens à la gare en toute hâte avec mon précieux butin. Le quai vient de s’afficher, je me mélange au flots de voyageurs qui prendront le même tain. Arrivé sur le quai, les minutes sont comptées : d’abord le vélo, je démonte les roues, j’emballe l’ensemble à toute vitesse, mal, mais bon, c’est emballé. Je m’attaque à la remorque, je démonte le 3ème panneau, je le scotche au 2ème. Je veux emballer la remorque mais trop tard, le train partira dans 2 minutes.
Alors, je monte le vélo dans le train, je lui trouve une place au milieu des valises, super! Je monte les sacs et enfin la remorque, toujours pas emballée. Tant pis, je l’emballerai quand le train aura démarré… Un dernier coup d’oeil sur le quai, non, je n’ai rien oublié. Bientôt, le train s’ébranle.
YESSSSS, me voici parti !

Pas le temps de souffler ni d’emballer la remorque qu’un contrôleur passe. Aïe! Il me dit que normalement, c’est trop long, que ça ne doit pas monter dans le train. Je bafouille des excuses, je m’inquiète, mais il ne me demande pas de descendre au prochain arrêt. Intérieurement je le remercie mille fois de la tolérance dont il a fait preuve!
YESSSSS, dans 2 heures exactement, je serai chez moi!

Initialement, je pensais faire une vidéo en timelaps du démontage et de l’emballage en gare de Lausanne, mais vu les circonstances, c’était impossible. Je décide alors que je ferai une vidéo en timelaps du déballage et du remontage à la gare de Dijon ! La voici :

Excursion de San Daniele del Friuli à Grado, pour une baignade dans la mer !

Préparation au Sun Trip Tour – 13 juin
Après un périple de 1500 km, nous avons aujourd’hui droit à une journée de repos bien méritée, non ?
Daniele me propose d’aller à la mer, à Grado précisément. L’idée me plait, nous voici partis, avec nos vélos solaires allégés du poids des bagages. Dans la fraîcheur matinale, nous filons sur les routes de campagne et les pistes cyclables.
Nous traversons Palmanova, une étonnante ville forteresse en forme d’étoile à 9 branches, entourée de douves, construite à la fin du XVIème siècle. Des portes monumentales nous permettent d’y entrer et d’en sortir. Peu avant Grado, nous longeons la lagune sur plusieurs kilomètres dans un vent porteur d’effluves marines. La mer approche!
Baignade et déjeuner.
Retour à ville allure, poussés par un vent ami. Halte à Aquileia qui fut une des villes les plus importantes de l’empire romain. Nous admirons la basilique byzantine fondée au début du IVème siècle qui abrite des fresques romanes du XIIème, tout en dégustant glace et pâtisserie….
Bilan de la journée : 150 km parcourus à 27 km/h, recharge de 660 Wh (la batterie reste pleine!)

Dernière étape d’Oberdrauburg (Autriche) à San Daniele del Friuli (Italie) par Tarvisio

Préparation au Sun Trip Tour 2019 – 12 juin
Après un solide petit déjeuner, nous quittons Oberdrauburg pour attaquer un petit col. Pas d’inquiétude, quelques centaines de mètres de dénivelé tout au plus, avec des mollets tout frais.
Nous laissons la vallée de la Drave pour emprunter un vallée parallèle. Le soleil donne et sur cette route sans trafic et bien plane, nous filons à vive allure.
Bientôt, nous arrivons en Italie, à Tarvisio. Daniele m’annonce 40 km de descente, sur une ancienne voie ferrée transformée en piste cyclable !
Et en effet, c’est formidable: nous avons à peine besoin de pédaler. Nous prenons notre temps, nous savourons les paysages superbes ! La piste cyclable traverse d’anciennes gares. Certaines sont désaffectées, d’autres réhabilitées en cafés. Super, c’est l’occasion d’une pause contemplative assortie d’une dégustation de pâtisserie locale…
Le tracé de cette voie ferrée emprunte des ponts un peu vertigineux. Quant aux nombreux tunnels, ils nous procurent une fraîcheur bienvenue et nous plongent dans une atmosphère un peu mystérieuse.
Puis, nous quittons les montagnes, nous arrivons dans la plaine traversée par les eaux turquoises du Tagliamo. J’aimerais bien faire une pause pour m’y baigner. Mais Daniele accélère, il approche du but de ce périple, la maison de sa famille à San Daniele del Friuli. Inutile de lutter contre cet appel…
Pourtant je fais une courte halte : impossible de ne pas m’arrêter au bord de ce petit lac d’un bleu irréel! Daniele comprend.
Enfin, dans les derniers rayons du soleil, sur une place tout en haut de la ville, je découvre la majestueuse maison des parents de Daniele. Je réalise que nous sommes arrivés au terme de notre voyage!

De Aicha (Italie) à Oberdrauburg (Autriche) par le val Pusteria et la vallée de la Drave

Préparation Sun Trip Tour 2019 – 11 juin
Ce matin, nous partons de Aicha, dans le Tyrol du Sud en Italie et nous montons tranquillement vers l’Est, en direction du Tyrol oriental en Autriche.
J’ai déjà roulé 2 fois dans cette vallée verdoyante, chaque fois avec grand plaisir, cette 3ème fois ne fait pas exception : c’est un enchantement, une succession de courtes montées suivies de traversées de prairies, de bois, de villages… On longe un lac. Et des sommets enneigés de chaque côté, comme pour vous guider, vous empêcher de vous égarer… un pur bonheur.
Soudain, Daniele s’arrête net devant moi et peste en italien! Que se passe-t-il ? Ah, je vois… il nous faut franchir un gué de 50 ou 60 cm d’eau, peut-être plus, on ne sait pas. Je m’élance hardiment, ouf, c’est passé! Mais Daniele refuse de passer, il craint pour son moteur et sa batterie. Il préfère affronter le trafic routier. Il m’avouera plus tard que ce fut la route la plus désagréable de tout son voyage : camions et voitures au touche à touche, sans répit.
Daniele et moi faisons donc route à part un moment, mais pas de risque de nous perdre puisque maintenant, nous avons du réseau téléphonique!
A San Candido, nous rencontrons un couple d’autrichiens qui nous invitent chez eux pour un goûter : café, bière, brioche… Moment très sympathique !
Nous terminons notre route dans une auberge à Oberdrauburg, au pied du col que nous passerons demain. Il était temps! Un orage de grêle et de pluie se déchaîne. Merci Daniele d’avoir préféré cette vieille auberge au camping du village !

De Innsbrück (Autriche) à Aicha (Italie) par le col du Brenner

Préparation du Sun Trip Tour – 10 juin
Après Innsbrück, la montée au col de Brenner attaque d’emblée à 11 ou 12%. On avance à 6 km/h et ça fait chauffer beaucoup nos moteurs à technologie Direct Drive (95°C pour le mien !). A certains moments, Daniele pousse son vélo pour éviter la surchauffe.
Pendant le petit-déjeuner, le soleil avait bien rechargé ma batterie et j’avais crû que ça durerait toute la journée. Mais très vite, j’ai déchanté.
Plus loin, nous avons longé la vallée sur une route pour les cyclistes vraiment charmante, qui traversait des hameaux, des prairies, des villages. De vraies montagnes russes, descentes raides suivies de remontées tout aussi raides. Pendant que Daniele pestait, je savourais les paysages.
L’arrivée au col fût l’occasion d’un selfie vidéo mémorable. La descente du col, sur les pistes cyclables italiennes, fût un vrai bonheur, malgré nos erreurs d’aiguillage et les chicanes très resserrées.

De Wildhaus à Innsbrück par le col de l’Arlbergpass : je retrouve mon coéquipier !

Préparation au Sun Trip Tour – 9 juin
Sans réseau téléphonique, nous avons réussi à reprendre contact hier soir, Daniele et moi, grâce à WhatsApp et au WiFi du camping. Ce matin, je roule 40 km pour le rejoindre et reprendre notre route ensemble. Nous allons essayer de ne plus nous perdre !
Quelques dizaines de kilomètres en fond de vallée puis nous attaquons le col d’Albergpass. Les paysages sont toujours splendides même si le soleil manque. Je règle l’assistance du moteur au minimum pour économiser la batterie.
Brèves apparitions du soleil, par chance dans les montées les plus raides. S’il ne donne pas beaucoup de watts, ça regonfle au moins le moral.
Paysages enneigés au col. Puis belle descente, les jantes chauffent et tout à coup, je m’inquiète de faire exploser la chambre à air (ça m’est arrivé en tandem!). Pour un prochain voyage, je m’équiperai peut-être de pneus tubeless ou de freins à disque…
Bilan : 172 km, 1500 m de dénivelé positif, presque 600 Wh de charge solaire (donc un ensoleillement moyen).

De Frick à Wildhaus (Suisse) : comment je perds mon coéquipier!

Préparation du Sun Trip Tour – 8 juin
Daniele a réparé ses freins au camping qui avait un atelier très bien outillé. Nous partons peu avant-midi. Une belle journée s’annonce : un ciel bleu, un soleil plein de watts, du vent dans le dos !
Nous roulons de concert, Daniele sur la route, et moi sur la piste cyclable le long de la route. La Suisse est pleine d’attention pour ses cyclistes! Mais parfois ces pistes cyclables s’éloignent de la route pour la rejoindre après un village, par exemple.
Mais tout à coup, je me rends compte que cela fait un moment que nous nous sommes perdus de vue.
Rien de grave, me direz-vous, un petit coup de fil ou un SMS pour se retrouver.
Malheureusement il se trouve que c’est aujourd’hui que je change d’opérateur de réseau téléphonique. Du coup, impossible de nous joindre pour nous dire où nous étions. Je trouve des Suisses sympas prêts à me dépanner : ils acceptent de joindre Daniele avec leur portable. Mais Daniele ne répond pas, je laisse un message vocal à tout hasard (je saurai le lendemain qu’il croyait à du harcèlement publicitaire!). Plus loin, dans une station-service équipée de Wifi, j’essaie avec Whatsap et le courrier électronique. En vain !
Après toutes ces tentatives infructueuses, je me résous à reprendre ma route. Je suis la trace GPS concoctée par Daniele, sans savoir s’il était devant ou derrière moi. Au moins, nous roulons dans la même direction, sur la même route.

Les paysages sont magnifiques, avec un décor de montagnes enneigées, les pistes cyclables pittoresques.
La journée de soleil donne un max, plus de 1000 Wh, elle aurait donné bien plus si ma batterie n’avait pas été pleine dès 8h du matin. Mes 330Wc de panneaux solaires font merveille. En fin d’après-midi, je roule en les inclinant bien pour mieux capter le soleil du soir.

Arrivé à un camping, le wifi et WhatsApp me permettent enfin de reprendre contact avec Daniele. Il a 40 km d’avance sur moi et dormira au Lichtenstein. Ouf, on se retrouvera demain matin!

De Lomont (Haute-Saône) à Frick (Suisse) par Bâle

Préparation du Sun Trip Tour – 7 juin
Encore une excellente journée qui nous a mené de Lomont en Haute-Saône jusqu’à Frick en Suisse.
De petites routes en pistes cyclables, nous avons atteint l’Alsace. Changement de décor !
Mais c’est en entrant à Bâle que nous sommes vraiment entrés dans un autre monde, avec une réelle place donnée aux cyclistes dans la ville. Impressionnant !
L’orage avait menacé toute l’après-midi mais la tente était déjà plantée quand la pluie s’est mise à tomber vers 20h.
Que demander de plus ?

De Langres (Haute-Marne) au charmant Minicamping de Lomont (Haute-Saône)

Entraînement pour le Sun Trip Tour – 6 juin
Après la pluie de la nuit, nous profitons du soleil matinal pour recharger les batteries pendant que nous dégustons notre petit déjeuner à la terrasse d’une boulangerie.
Nous quittons Langres avec difficulté : des travaux nous barrent la route ! Il nous faut ruser pour contourner l’obstacle. Nous ne savons pas encore que c’est le premier embarras d’une longue série tout au long de ce voyage à travers la Suisse, l’Autriche et l’Italie.
Les paysages ruraux défilent sous nos yeux. A l’approche de Vesoul, nous suivons une délicieuse piste cyclable à travers prairies, ruisseaux, bosquets…
Mais ensuite, nous affrontons une route avec un trafic terrible,  la N19: voitures, camions, camping-cars se succèdent sans interruption. Certains nous frôlent. Soudain, un convoi exceptionnel se rabat sur Daniele qui doit littéralement quitter la route.  Je pète un câble, après de 30 km de danger permanent, je veux quitter cet enfer!  Mais Daniele m’affirme que notre calvaire sera terminé dans 2km. Je cède.
Et c’est exact : à Lure, nous retrouvons nos petites routes de campagne si calmes. Le bonheur !
Et, cerise sur le gâteau, nous dénichons un charmant camping à la ferme, le Minicamping de Lomont. Si vous passez en Haute-Saône, je vous recommande chaudement ce lieu !

Nous chargeons bien nos batteries entre 19h et 21h, tout en savourant le repas préparé par l’accueillante néerlandaise qui gère ce camping.

De Troyes (Aube) à Langres (Haute-Marne)

Entraînement pour le Sun Trip Tour – 5 juin
J’ai retrouvé mon coéquipier Daniele à Troyes (il est parti la veille de la région parisienne). Nous allons faire route pour l’Italie, à vélo solaire !
Le matin, la météo est maussade mais heureusement le temps s’améliorera tout au long de la journée.
Pour ce premier jour de route en commun, nous traversons des paysages superbes. A certains moments, j’ai l’impression de naviguer au coeur d’un océan de verdure… La trace GPS préparée par Daniele nous plonge au coeur de la France rurale, c’est génial!
A la mi journée, nous commençons à avoir faim mais aucun café ou restaurant dans les petits hameaux que nous traversons !
Mais à 14h, surprise dans le petit village de Cunfin (180 habitants) : le restaurant L’ANDION est ouvert ! Nous ne mourrons pas de faim aujourd’hui ! Merci à Olivier et sa femme pour leur accueil chaleureux et leur cuisine délicieuse !


Le soir, nous nous installons au camping municipal de Langres qui surplombe la vallée : nous profitons d’un panorama superbe avant un orage fougueux qui met à terre le vélo de Daniele.

Tous les participants du Sun Trip Tour 2019

L’organisation du Sun Trip vient de publier le profil des 55 participants du Sun Trip Tour 2019. Ils viennent de France, Suisse, Belgique, USA, Italie, Allemagne. Ils sont âgés de 4 ans à 72 ans !
Cet été, il y aura 12 équipes officielles, dont 8 constituées par des collaborateurs EDF et EDF Renouvelables.

La batterie de mon vélo solaire connectée en bluetooth !

C’est au week-end de préparation aux Sun Trip 2019 et 2020 que j’ai découvert cette innovation. Merci à Ralf !
J’ai donc décidé de remplacer le BMS de ma batterie (battery management system) par un modèle disposant d’un périphérique de communication bluetooth. Cela m’a coûté une trentaine d’euros et un peu plus de temps que je n’imaginais pour l’installation. En effet, les nappes de connexion des BMS étaient différentes et j’ai donc dû user du fer à souder.

Qu’importe, je suis satisfait du résultat : désormais, je peux tout savoir sur l’état de ma batterie, en temps réel, sur l’application smartphone dédiée. J’ai tout de même ajouté un interrupteur : il me permet d’éteindre le module bluetooth pour éviter de décharger inutilement la batterie, par exemple en période de stockage hivernal.

Nouveauté sur le Solarduino Bike : la version 3.1 en test !

version mars 2019
Solarduino Bike v3.1
version avril 2019

Apparemment rien n’a changé entre la version du mois de mars et la version 3.1 de mi-avril.
J’ai tout simplement changé les 3 panneaux solaires! J’ai remplacé les anciens panneaux économiques par des panneaux de haute qualité, constitués de cellules photovoltaïques de dernière génération Sunpower™ Maxeon, dans la “classe” ou “grade” le plus élevé.
En effet, après fabrication, les cellules sont triées en différentes classes d’après leur rendement (Sunpower™ utilise une classification particulière avec bien plus de 4 classes).

Résultat :
86% d’énergie solaire en plus à surface égale!
Quelle progression !

Je réalise qu’en 2018 je croyais rouler avec 200Wc mais en fait je ne disposais que de 107Wc réels. Pour avoir la même puissance, 1 seul des nouveaux panneaux aurait été nécessaire, ma remorque aurait été 2 fois plus courte, plus légère, hyper-maniable.

En 2019, j’ai choisi d’augmenter la surface de panneaux pour disposer de plus de puissance. Je souhaite :
– avoir plus d’autonomie en cas de météo nuageuse avec éclaircies, de ne pas être inquiet de terminer une journée “à la pédale”,
– rouler plus vite si besoin,
– rouler plus longtemps pour parcourir de plus grandes distances.

Un nouveau type de vélo solaire sur le Sun trip Tour 2019!

Les précédentes éditions du Sun Trip ont vu défiler une grande variété de vélos : des vélos droits classiques, des tandems, mais aussi des vélos couchés, tricycles couchés, tricycles tandem couchés, des vélos cargo, un tandem assis/couché et, pour une courte apparition, un vélo familial à 4 roues…
Mais aucun vélo mobile n’avait encore participé. Ce sera le cas cette année avec Bertrand Touzet : le 6 juillet, il prendra le départ du Sun Trip Tour 2019 avec son vélo mobile dont le carénage améliore l’aérodynamisme.
Bertrand nous fait découvrir son véhicule dans cette courte vidéo :

Le fonctionnement d’un panneau solaire, par Christophe Dugué

C’est au stage de préparation aux Sun Trip 2019 et 2020, à Lans-en-Vercors, que Christophe Dugué nous a présenté des données importantes sur les panneaux solaires.
Dans un exposé très clair, il nous a expliqué la conception et le fonctionnement d’un panneau solaire, la définition de ses caractéristiques techniques, puissance maximale etc…
Christophe nous a aussi éclairé sur des facteurs importants pour les cyclistes solaires qui conditionnent la production d’énergie électrique: influence de la température, impact des ombrages, conséquences des micro-fissures des cellules photovoltaïques…

Les panneaux solaires, c’est son rayon : Christophe travaille chez Photowatt, un fabricant français de panneaux solaires pour maisons et bâtiments.
Mais surtout, Christophe a conçu et fabriqué des prototypes de panneaux pour vélo solaire. Ces panneaux sont à la fois légers et rigides, donc résistants aux aléas des voyages au long cours. Christophe a testé son premier prototype lors du Sun Trip Tour 2017. Puis c’est Stéphane Bertrand qui en a été équipé pour le Sun Trip 2018 Lyon-Canton. Pour le Sun Trip Tour 2019, Christophe équipera aussi son épouse qui participera avec lui .

Préparation au Sun Trip 2019 et 2020

Mi avril, l’équipe du Sun Trip avait organisé un week-end de préparation au Sun Trip. Ce stage avait pour ambition d’aider les participants à mieux se préparer  d’un point de vue technique:

  • comprendre le fonctionnement des panneaux solaires,
  • connaître les différents composants d’un vélo à assistance électrique (moteur, contrôleur, batterie…),
  • partager des expériences vécues des précédents Sun Trip,
  • préparer des itinéraires…

Ce week-end fut intense et très riche, aussi bien par les apports des intervenants : Florian Bailly (créateur du Sun Trip), Christophe Bayard (association Vécolo), Christophe Dugué (Photowatt), Bernard Cauquil (Professeur techniques industrielles et suntriper 2015 et 2020) que par les échanges entre participants.
Merci à tous !

Voici une vidéo qui traduit l’ambiance de ces rencontres :

Suivez les participants du Sun Trip Tour 2019 sur leur réseau social !

Nationalités des participants au Sun Trip 2019 50 cyclistes solaires de 7 nationalités différentes participeront à l’édition 2019 du Sun Trip Tour, du 6 au 20 juillet!
Certains d’entre eux se sont déjà rencontrés lors d’un week-end de préparation très fructueux, organisé par la Sun Trip Team en avril à Lans-en-Vercors.

Retrouvez chaque participant sur son réseau social ou son blog : découvrez sa préparation, ses attentes, ses enthousiasmes avant le grand départ…

NomNb pers.PaysSun TripBlogAutreRéseau social
AMORAVAIN Céline, MOCELLIN Pierre & Thomas3Francelogo instagramlogo facebook
ANDREA Gilles1France
ASPE Yannick & CAZANAVE Béatrice2France2015,
2017
logo facebook
BAYARD Christophe1France2017logo facebook
BERMEJO Paul1Maroc2015,
2017
logo facebook
BROCHARD Laurent1Francelogo facebook
BUJADOUX Stéphane1France2017logo instagramlogo facebook
CHATAGNY Laurent & HENCHOZ Corentin2Suisse
CIANI Dario1Suisselogo facebook
CORSELLI Catherine & DURAND Jean-Michel2Belgique
COSANDIER Michel1Suisse
COTTARD Francis1France2017
DENEL Francoise1France2018logo facebook
DUGUÉ Christophe & Stéphanie2France2017logo facebook
FLORET Jean-Jacques1Francelogo facebook
GADOIN Fabrice1Francelogo facebook
GANIVET Benoît1Francelogo facebook
GILLESPIE Ryan & THORESEN Rain2USA2017logo facebook
GONANO Daniele1Italie2017logo facebook
GUILLE François1France
GUYOT Olivier & SCHULZ Norbert2Allemagnelogo facebook
HADIK Stephen1Suisselogo facebook
HELSEN An & Peter2Belgique2017,
2018
logo facebook
IETTER Alain1France2017logo facebook
INACIO Jérôme1Francelogo facebook
KELLER Jean-Claude1Suisselogo facebook
LAGRIFFOUL Claude1France2017logo facebook
LEWIEN Ralf1Allemagnelogo facebook
MACHADO Jean-Louis1France2017logo facebook
OLCHEWSKY Michel1Francelogo facebook
PLOZNER Patrice1France2018logo facebook
RAMBEAU Perrine & VAN NESS Nate2France
USA
logo facebook
ROULLAND Arnaud1Allemagnelogo facebook
RUSSO Fabio1Italielogo facebook
TOUZET Bertrand1Allemagnelogo facebook
TROUCHE Jean-Claude1Francelogo facebook
VAN TIEL Pieter1Suisselogo facebook
VOLLUZ Jean-Marie1Suisselogo facebook